Pourquoi faut-il dénoncer l’extractivisme ?

L’extractivisme n’est pas le fait d’extraire des entrailles de la terre les ressources qui permettraient à chacun de couvrir ses besoins vitaux ; c’est le fait d’extraire de façon maniaque tout ce qui peut l’être : pétrole, uranium, sable, or, fer cuivre, métaux rares etc… avec pour seul pour objectif de nourrir le capital en complète déconnexion avec nos besoins réels. Il ne s’agit pas d’améliorer notre quotidien mais de produire au maximum pour alimenter la machine infernale « croissance-productivisme-consumérisme » dans les pays du nord global. Les exemples ne manquent pas, entre l’addiction au pétrole qu’entretiennent les lobbies automobiles, l’uranium qui alimente nos centrales et les métaux rares qui peuplent nos ordinateurs, tablettes et smartphones, les grands projets inutiles qui consomment sable et béton et avalent les terres agricoles.

 

Remuer de plus en plus de terre, aller de plus en plus profond parce qu’on a d’abord extrait les ressources les plus accessibles et les plus concentrées et utiliser des techniques toujours plus invasives et polluantes (fracturation hydraulique, forages en eaux profondes, déversement sans scrupule de produits dangereux dans les milieux naturels…), sont les sinistres corollaires de l’extractivisme.

L’impact environnemental est catastrophique : déforestation, atteinte à la biodiversité, réchauffement climatique, paysages de désolation, pollution des nappes phréatiques et de l’air que nous respirons, surconsommation de l’eau qui prive les populations et à l’autre bout de la chaine, des montagnes de déchets qui s’accumulent.

Les colonisations et l’esclavage, les conflits armés plus récents (Lybie, Niger, Irak…), la corruption des pouvoirs en place pour le contrôle des ressources ont asservi les peuples du sud, avec des conséquences sociales et sanitaires scandaleuses : déplacements des populations autochtones au mépris de leur culture, répression violente et systématique des résistances, populations exploitées (et travail des enfants), sous payées qui ne profitent pas des ressources naturelles de leur territoire mais subissent les conséquences environnementales de l’extractivisme, comme les montagnes de déchets radioactifs qui s’accumulent à Arlit au Niger, polluent les nappes et induisent une explosion des cancers pour satisfaire une partie de notre demande en Uranium.

La France est sur le point de relancer « les mines » et de nombreux permis ont été accordés récemment : de l’or dans la Creuse, or et argent en Haute Vienne… 55 permis de recherche de gaz de schiste sont encore actifs et le code minier a été revu pour faciliter ces exploitations.

 

Ce n’est pas la transition vers l’éolien et le photovoltaïque prônée par les « techno-écolos » qui stopperait cette folie extractive, bien au contraire : une grande éolienne contient en moyenne 500 kg de cuivre et de nombreux métaux rares pour une durée de vie maximale d’une vingtaine d’années, les panneaux photovoltaïques sont bourrés de métaux rares, ont une durée de vie plus courte encore et sont peu recyclables.

 

Autrement dit, malgré tous ces constats, malgré les informations disponibles et les alertes des scientifiques, gouvernants, candidats à la présidentielle, économistes et industriels s’obstinent à défendre et à développer l’extractivisme pour sauver une croissance illusoire.

Pourtant, au vu de l’urgence climatique, de la raréfaction des ressources, des crises alimentaires qui s’annoncent, l’humanité à tout à gagner à sortir de ce modèle productiviste.

 

Pour casser ces logiques destructrices, les activités humaines doivent être subordonnés aux lois du fonctionnement des écosystèmes naturels, et à la qualité de vie des habitants, c’est-à-dire produire selon les besoins, avec les ressources dont on dispose localement, des objets et des biens de qualité.

Se réapproprier les décisions politiques, habiter réellement nos territoires, mettre en commun et protéger les ressources disponibles en sont les conditions premières.

C’est le défi minimal que l’humanité a à relever pour laisser une chance aux générations à venir de ne pas vivre l’effondrement dans la barbarie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *