(f)estives de la décroissance, juillet 2017

Share on Facebook93Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someonePrint this page

Ces (f)estives de la décroissance sont organisées par le processus-décroissance, avec le soutien de décroissance-MOC

Le cœur thématique de cette rencontre sera celui d’une critique de l’individualisme : Les décroissants proposent une critique systémique du « monde de la croissance », ce monde colonisé par l’économie et son imaginaire. Ces (f)estives voudraient explorer l’hypothèse qu’au fond de cette « colonisation », il y a toujours une racine individualiste ; bien sûr dans sa dimension psychologique de narcissisme et d’égoïsme mais surtout dans sa dimension psycho-sociale, au travers en particulier d’une fable fondatrice qui alimente toutes les formes d’injustice, d’indécence et d’irresponsabilité de notre monde, cette « fable » selon laquelle une société serait d’abord une juxtaposition d’individus rivaux.

Ne faut-il pas au contraire rêver de (re-)trouver une forme d’organisation sociale dans laquelle la découverte du sens de sa vie ne sera pas l’affaire de chaque individu isolé : « Trouver seul le sens de sa vie est une chimère » ?

  • Ecologie
    • Quelle est la juste et décente place de l’homme dans l’écosystème naturel ?
  • Anthropologie
    • L’homme d’une société décroissante est-il « naturellement sociable » ?
  • Organisation sociale
    • Comment une société pourrait reposer sur les « valeurs » de la vie commune : convivialité, émancipation, partage, sobriété ?

Voilà des questions qui seront abordées dans une série de conférences, débats et ateliers.

→ Télécharger une présentation plus complète de ces (f)estives en cliquant sur le lien ci-dessous

Présentation idéologique des thèmes de ces (f)estives : nous faisons le pari que nous devons oser être ambitieux à partir du moment où les méthodologies pratiquées permettront à chacun.e, suivant ses envies et ses expériences, de trouver sa place dans un travail collectif de réflexion :

Présentation idéologique (2 pages en A4)

  • Les temps forts de ces (f)estives 2017 :
    Nous essaierons que le « comment » soit le plus cohérent possible avec le « quoi » : c’est-à-dire une critique de l’individualisme.
    → Sans oublier évidemment la dimension festive de ces (f)estives : partager ensemble des moments de fête, c’est tout aussi essentiel que de partager des moments de discussion. Place donc aussi aux musiciens, pas seulement en soirée mais tout le jour.
  • Un programme détaillé sera mis en ligne au plus tôt

→ Télécharger le « flyer » des (f)estives 2017 de la décroissance en cliquant sur le lien ci-dessous

Flyer A5 recto-verso de présentation des (f)Estives 2017 de la décroissance

Informations pratiques

  • Où : à Saligny-sur-Roudon (Allier). A la MFR (Maison Familiale et Rurale), 8 Route de Monétay, 03470 Saligny-sur-Roudon
    C’est ici. La gare la plus proche de Saligny-sur-Roudon se trouvent à Gilly-sur-Loire (7,8 kilomètres) : elle est sur la ligne Lyon-Moulins-Nevers → fiche horaire sncf
  • Covoiturage : il y a un tableau qui récapitule les propositions de covoiturage  → http://processus-decroissance.xyz/2017/05/07/covoiturage-festives2017/
  • La participation financière :
    Inscription :
    15 €  (Gratuit pour les moins de 14 ans).
    Paiement par chèque : à l’ordre de décroissance-MOC, envoyé à festives/Jean-Yves Renouf, 13 rue Nicolas Rapin 85200 Fontenay-le-Comte
  • MFR de Saligny

    Le logement :
    Nous disposons de 80 lits dans le bâtiment (vous devez apporter votre sac de couchage), et nous avons obtenu l’autorisation pour 20 tentes.
    Dans le bâtiment (12€), ou en tente personnelle (6€ – prix indicatif mais déjà calculé au plus près) la nuitée par personne.

    Le petit déjeuner est inclus dans la nuitée (nous comptons sur vos confitures).

  • Le repas :
    4,50 € par repas de midi et du soir (prix indicatif mais déjà calculé au plus près).
  • Les contributions :
    Envoyez vos textes, contributions à : contact-festives@lists.riseup.net. Indiquez si possible une adresse mail de contact pour recevoir les infos détaillées ou consultez la page en cours
  • Pour tout contact et informations complémentaires, contactez :
    Jean-Yves Renouf
    13 rue Nicolas Rapin
    85200 FONTENAY-LE-COMTE
    02 51 52 14 15
    ou : contact-festives@lists.riseup.net

 

6 commentaires sur “(f)estives de la décroissance, juillet 2017”

  1. Bien qu’arrivés presque à la fin, merci encore aux organisateurs, Michel L. Jean-Yves R et +++ et aux vaillants cuisiniers qui nous ont fait passer deux jours agréable, avec des menus vegan si bons qu’ils mériteraient de figurer en marge du compte rendu, qui arrivera surement à la suite..
    En attendant l’année prochaine et un choix de lieux plus « terrien » qui nous permettra d’être encore plus cohérents entre nos discours et nos actes (je m’inclus..) Emilie de Clermont Fd

  2. Bonjour,
    Simple question: comment font ceux qui ont peu d’argent? Je pensais que la décroissance avait pour objectif de vivre sans argent, de librement échanger des services, etc..
    Merci de m’expliquer.
    Cordialement

    1. La réponse est tout aussi simple que la question : nous faisons des budgets les plus serrés possibles, et nous avons bien précisé qu’il s’agissait de prix indicatifs.
      Maintenant, il va y avoir des coûts à partager : c’est aussi cela « faire société ». Et c’est précisément la thématique des (f)estives de cette année : comment bien vivre ensemble ?
      Je rajoute que malgré ces frais, nous allons proposer des plats bio et vegan.
      Restent encore les questions de savoir si les décroissants veulent vivre « sans argent », pour « librement échanger » : je sais que parmi nous, certains insistent pour que que nous cessions de confondre entre « échanger » et « partager » → c’est pour cela que nous nous réunissons.

    2. Burlot pas Brulot, avec un émoticône vert mais agressif, moi-même n’ayant pas trop d’argent, pas assez pour me déplacer aux festives 2017 donc, en voiture personnelle, depuis Pontarlier, (Essence+frais nourriture+hébergement même sous ma tente 2°seconde Quechoua.)
      Donc je comprends la limite au départ, pour ce rendre aux festivités, avant de pouvoir faire des échanges, peut-on payer en « PIVES »?.
      Vivre sans argent respectable mais pas évident dans l’hexagone.
      Je verré plus tard pour 2018, si plus à l’EST pour moi.(Géographiquement parlant!.)
      Bon à plus, ou à moins.
      Daniel.B

  3. Je me réjouis que l’ère des invectives soit close.
    Et en tant que « gens » j’avoue que j’ai un peu de mal à me tartir les 7 préalables d’un coup.
    Alors je viendrai seulement aux Festives…
    Pas de soucis, je crois plus à la puissance des virus ultraminoritaires qu’on y chope et qu’on trimballe ensuite partout, qu’à la « visibilité » ? (pour le moment trop cher payée et périlleuse, je crois)
    Amitiés

  4. Merci d’avoir trouvé un lieu CENTRAL.
    La tente, c’est dur pour les vieux corps. C’est dans ma Kangooroom que je dors le mieux. Y aura une possibilité de la garer -et ne plus la bouger- à plat et à l’ombre SVP ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *