Une Charte pour la décroissance (proposition à discuter)

Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someonePrint this page

Voici la proposition de Charte pour la future « Maison commune de la décroissance » (nom à débattre) : elle provient des discussions précédentes et d’une tentative de synthèse consensuelle travaillée par le groupe des décroissants de Rhône-Alpes.

Le groupe rhônalpin propose 3 mise en forme différentes ; ce n’est pas là l’essentiel mais nous en avons discuté, alors autant en rendre-compte.

La discussion se déroule en 2 étapes :

  1. Etape des amendements :
    • Un amendement peut proposer : une modification, un ajout, une suppression (partielle ou totale), un remplacement (http://processus-decroissance.xyz/contacts/)
    • le tri et la mise en forme à fin de présentation pour l’AG est confiée au groupe rhônalpin
  2. Validation après discussion des amendements lors de l’AG constitutive

http://processus-decroissance.xyz/wp-content/uploads/2017/10/Charte-maison-commune-2bis.pdf
http://processus-decroissance.xyz/wp-content/uploads/2017/10/Charte-maison-commune-4b-.pdf
http://processus-decroissance.xyz/wp-content/uploads/2017/10/Charte-maison-commune-4c-.pdf


1 commentaire sur “Une Charte pour la décroissance (proposition à discuter)”

  1. Dans Comment ?
    Plutôt que :

    « En combattant le déferlement technologique, en orientant la recherche scientifique vers des techniques simples, transparentes et conviviales »

    Préférer :
    En rappelant que la technique est un MOYEN et un SAVOIR-FAIRE, en s’opposant au déferlement technologique et à la technologie où l’on nous fait croire que tous les problèmes ne peuvent être résolus que par une énième innovation technique. En rappelant que la science moderne et le déferlement technologique sont nés avec la culture capitaliste qui a détruit le pouvoir de la société sur l’économie et l’innovation.

    Et c’est dans Vers quoi ? que l’on précise :

    Vers une culture où la société reprendra le pouvoir sur les innovations techniques, scientifiques et sur l’économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *